Actualités Les dernières informations, services, ...

Ce que les Français pensent de la propreté

À l’occasion du salon Europropre qui s’est déroulé en mars dernier, le Monde de la Propreté a dévoilé les résultats d’un sondage réalisé en partenariat avec BVA sur les Français et la propreté. Si les métiers du secteur restent encore assez méconnus, l’enquête met en avant l’importance de la propreté au quotidien pour les Français, aussi bien dans les lieux accueillant du public que dans l’environnement professionnel.

Pour les Français, la propreté représente le critère le plus indispensable sur le lieu de travail. Cette exigence est même citée devant l’odeur, la luminosité, le niveau sonore ou encore l’espace dans un sondage BVA réalisé pour le Monde la Propreté. Cette enquête, menée en novembre 2016*, interroge la perception des Français à l’égard de la propreté des lieux de vie. On y apprend ainsi que 82 % des personnes interrogées l’associent à l’hygiène et la santé et que le premier risque perçu, en cas de manque de propreté, est celui d’une propagation des maladies.

Un impact sur le bien-être

Sur les lieux de travail, l’absence de propreté entraîne selon eux des conséquences négatives sur l’image de l’entreprise d’abord auprès des clients (96 %), des salariés (94 %) et ensuite des fournisseurs (88 %) et des candidats à l'embauhe (88 %). Plus de 90 % estiment que l’impact sur les salariés touche principalement au bien-être, à la santé, à l’humeur et à la motivation. Ils sont également 88 % à considérer qu’un manque de propreté influence les performances au travail.

Un indicateur performant

Plus de 4 Français sur 5 reconnaissent l’activité des entreprises de propreté comme contributrice à la protection de l’environnement. Les notions qui sont le plus spontanément associées par les personnes interrogées à la propreté sont d’abord l’hygiène et la santé, puis viennent l’écologie et l’environnement (devant le confort, l’esthétique et la sécurité). Les Français considèrent qu’il s’agit d’un secteur en croissance (72 %), qui recrute (74 %), et qui favorise l’insertion des personnes en difficulté (83 %).